Maxime Gorki, Une vie inutile

Klimkov, livré très tôt à lui-même, ne brille ni par sa lucidité, ni par son courage. Orphelin à sept ans, il devient commis pour un libraire qui feint des idées libérales mais autour duquel gravite tout un monde d’indicateurs et de mouchards. Jouet de l’irrépressible besoin de reconnaissance et d’affection qui fait de lui un soumis et un naïf, il se retrouve officiellement informateur de la police politique tsariste. Mais nous sommes en 1905, et dans les rues de Moscou la révolte gronde…

Maxime Gorki (1868-1936) devient, après une enfance misérable et une jeunesse chaotique, l’une des grandes figures de la vie littéraire et intellectuelle de la Russie du début du XXe siècle. Proche du Parti communiste, ami de Lénine, il jouit dans la jeune URSS d’un immense prestige. Auteur de La Mère, de Confession et d’Enfance, il meurt à Moscou en 1936.

  • Titre : Une vie inutile
  • Auteur : Maxime Gorki (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Annie Meynieux
  • Langue d'origine : russe
  • Date : octobre 2010
  • Nombre de pages : 320 p.
  • ISBN : 978-2-916266-73-2
  • Prix : 14,50 €