Léonid Andreïev, Les Sept Pendus

Quand le chef de la sûreté apprend au ministre N. qu’un groupe de terroristes tentera de l’assassiner le lendemain, le malheureux ministre passe la nuit la plus épouvantable qu’il ait connue. Arrêtés, les cinq terroristes sont condamnés à mourir pendus. Pour faire bonne mesure on leur adjoint deux meurtriers, l’un de profession, l’autre simple d’esprit.

Dans la solitude absolue de ceux dont la société a décidé de se débarrasser, les sept condamnés doivent affronter la perspective de leur mort prochaine, l’angoisse étouffante de leurs dernières nuits, l’absurdité sans nom de leur destin.

Léonid Andreïev (1871-1919) publie son premier récit en 1898, après des études de droit. Chroniqueur, journaliste, homme de théâtre, il laisse plus de cinquante nouvelles ou courts romans. Les Sept Pendus, publié en 1908, reste l’un des plus célèbres.

 
  • Titre : Les Sept Pendus
  • Auteur : Léonid Andreïev (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Sophie Benech
  • Langue d'origine : russe
  • Date : mai 2010
  • Nombre de pages : 128 p.
  • ISBN : 978-2-916266-64-0
  • Prix : 9,50 €

Mikhaïl Boulgakov, Cœur de chien

– Vous êtes le degré zéro de l’évolution ! trancha Filipp Filippovitch. Une créature en formation, à l’intellect sous-développé, aux comportements bestiaux ! Et, avec une odieuse impertinence, vous prétendez donner à des universitaires des leçons d’ordre cosmique, d’une bêtise encore plus cosmique, sur le partage ! Alors que vous en êtes encore à manger du dentifrice !
– Et ce pas plus tard qu’avant-hier, précisa Bormenthal.

Cœur de chien est l’un des six romans laissés par Mikhaïl Boulgakov (1891-1940). Farce anticommuniste virulente teintée de fantastique, le texte valut à son auteur de sérieux ennuis avec la censure, et ne parut en U.R.S.S. que plusieurs décennies après sa mort.

  • Titre : Cœur de chien
  • Auteur : Mikhaïl Boulgakov (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Marion Roman
  • Langue d'origine : russe
  • Date : novembre 2012
  • Nombre de pages : 160 p.
  • ISBN : 979-10-91896-01-6
  • Prix : 10,50 €

Valéry Brioussov, Dernières pages du journal d’une femme

Voilà un événement tout à fait inattendu : on a trouvé mon mari assassiné dans son bureau…

Aussi belle que brillante, indépendante mais surtout délicieusement cynique, Natalia Glebovna cultive l’art de la séduction sans l’ombre d’un scrupule et érige l’égoïsme en philosophie de vie.

Promettant à chacun de ses prétendants un amour exclusif et éternel, elle est résolue à rester maîtresse de son destin, quels que soient les risques que lui font courir sa passion du mensonge et son goût du danger…

Paru en 1910, Dernières pages du journal d’une femme est un des sommets de l’oeuvre en prose de Valéry Brioussov ( 1873-1924) , poète, romancier, éditeur et traducteur, figure centrale des lettres russes du début du XXe siècle.

  • Titre : Dernières pages du journal d'une femme
  • Auteur : Valéry Brioussov
  • Traduction : Maëlle Nagot
  • Langue d'origine : russe
  • Date : novembre 2019
  • Nombre de pages : 96 p.
  • ISBN : 979-10-91896-94-8 / 9791091896948
  • Prix : 9 €

Maxime Gorki, Une vie inutile

Klimkov, livré très tôt à lui-même, ne brille ni par sa lucidité, ni par son courage. Orphelin à sept ans, il devient commis pour un libraire qui feint des idées libérales mais autour duquel gravite tout un monde d’indicateurs et de mouchards. Jouet de l’irrépressible besoin de reconnaissance et d’affection qui fait de lui un soumis et un naïf, il se retrouve officiellement informateur de la police politique tsariste. Mais nous sommes en 1905, et dans les rues de Moscou la révolte gronde…

Maxime Gorki (1868-1936) devient, après une enfance misérable et une jeunesse chaotique, l’une des grandes figures de la vie littéraire et intellectuelle de la Russie du début du XXe siècle. Proche du Parti communiste, ami de Lénine, il jouit dans la jeune URSS d’un immense prestige. Auteur de La Mère, de Confession et d’Enfance, il meurt à Moscou en 1936.

  • Titre : Une vie inutile
  • Auteur : Maxime Gorki (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Annie Meynieux
  • Langue d'origine : russe
  • Date : octobre 2010
  • Nombre de pages : 320 p.
  • ISBN : 978-2-916266-73-2
  • Prix : 14,50 €

Alexandre Kouprine, Le Duel

Georges Romachov est un jeune sous-lieutenant naïf et rêveur, que ses penchants littéraires éloignent des autres officiers. Cantonné dans une lointaine province, il ne parvient pas à se résigner à la vie du régiment, faite de beuveries, d’exercices absurdes, de liaisons sans charme, de brutalités permanentes envers les soldats et de fins de mois difficiles. Il a pour seul ami le plus cultivé, mais aussi le plus ivrogne et le plus endetté des sous-officiers.

Autant par désoeuvrement que par passion, il s’éprend de l’épouse d’un lieutenant, belle jeune femme coquette et dévorée d’ambition…

Paru en 1904, Le Duel est le chef-d’oeuvre d’Alexandre Kouprine (1870-1938). Largement autobiographique, il fait le portrait d’une armée tsariste en décomposition, dans une société archaïque traversée de ces forces nouvelles qui mèneront tout droit à la Révolution de 1917.

  • Titre : Le Duel
  • Auteur : Alexandre Kouprine (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Henri Mongault
  • Langue d'origine : russe
  • Date : novembre 2018
  • Nombre de pages : 352 p.
  • ISBN : 979-10-91896-84-9 / 9791091896849
  • Prix : 16,50 €

Alexandre Kouprine, Le Bracelet de grenats

Maquetaci—n 1Le Bracelet de grenats ne raconte pas seulement une histoire d’amour impossible, presque risible tant elle est touchante ; c’est aussi le portrait subtil d’une aristocratie déclinante.

Persuadés de constituer un monde à part, sans que leurs privilèges ne reposent plus sur rien, les personnages de Kouprine vivent dans un univers où tout est jeu, où les apparences priment largement la réalité – où tout ce qui passe les bornes de la mesquinerie est condamné à mourir.

Paru en 1911, Le Bracelet de grenats est, avec Le Duel et Moloch, l’une des plus belles réussites de Kouprine.

  • Titre : Le Bracelet de grenats
  • Auteur : Alexandre Kouprine (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Henri Mongault
  • Langue d'origine : russe
  • Date : avril 2014
  • Nombre de pages : 80 p.
  • ISBN : 979-10-91896-20-7
  • Prix : 7,50 €

Iouri Olécha, L’Envie

olechaLa parution de L’Envie, en 1927, rendit Iouri Olécha (1899-1960) immédiatement célèbre en URSS.

Description féroce de la Russie de son temps, le roman met aux prises un apparatchik obèse, responsable épanoui de la production alimentaire soviétique, et son parasite, petit bourgeois ivrogne et désœuvré, furieux de n’être que ce qu’il est. Entre eux s’interposent le frère du premier, inventeur mythomane, ainsi qu’un jeune et brillant footballeur, communiste enragé.

Dans ce qui reste son chef-d’oeuvre, Olécha s’attaque aux rêves et aux dangers qui accompagnent l’édification du paradis socialiste, avec une ironie qui garde toute sa force aujourd’hui.

  • Titre : L’Envie
  • Auteur : Iouri Olécha (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Henri Mongault, Louise Desormonts
  • Langue d'origine : russe
  • Date : novembre 2014
  • Nombre de pages : 176 p.
  • ISBN : 979-10-91896-29-0
  • Prix : 12,50 €

Alexandre Pouchkine, Le Nègre de Pierre le Grand

Considéré comme un des premiers grands chefs-d’oeuvre de la prose russe, Le Nègre de Pierre le Grand devait être un vaste roman historique inspiré par la vie d’Abraham Piétrovitch Hannibal, arrière-grand-père maternel de Pouchkine.

Originaire d’Éthiopie, ou peut-être du Cameroun, fils d’une puissante famille, Hannibal fut fait prisonnier à l’âge de sept ans par une tribu ennemie. Vendu comme esclave à Constantinople, il fut acheté par un envoyé du tsar Pierre le Grand, qui en fit son filleul, puis son secrétaire.

Le Nègre de Pierre le Grand, malheureusement inachevé, relate avec une merveilleuse vivacité plusieurs épisodes de la vie d’Hannibal, singulière et brillante figure de l’Europe des Lumières.

  • Titre : Le Nègre de Pierre le Grand
  • Auteur : Alexandre Pouchkine (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : André Meynieux
  • Langue d'origine : russe
  • Date : juin 2019
  • Nombre de pages : 80 p.
  • ISBN : 979-10-91896-89-4 / 9791091896894
  • Prix : 7,50 €

Mikhaïl Evgrafovitch Saltykov-Chtchédrine, Les Golovlev

Saltykov-Chtchédrine, Les GolovlevLes Golovlev, publié en 1880, retrace la décadence d’une famille de grands propriétaires terriens dans la Russie du XIXe siècle. Dans ce roman à consonance autobiographique, des personnages rongés par la folie, l’avarice, l’hypocrisie et l’absence de perspectives intellectuelles deviennent peu à peu les agents de leur propre destruction.

Cette fresque d’un pessimisme sans remède est considérée comme le chef-d’œuvre de son auteur et l’un des grands romans de la littérature russe.

  • Titre : Les Golovlev
  • Auteur : Mikhaïl Evgrafovitch Saltykov-Chtchédrine (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Sylvie Luneau
  • Langue d'origine : russe
  • Date : octobre 2018 (nouvelle édition)
  • Nombre de pages : 320 p.
  • ISBN : 979-10-91896-82-5 / 9791091896825
  • Prix : 21,50 €

Anton Tchékhov, La Vallée

Anton Tchékhov, La ValléeGrigori Tsyboukine, homme d’âge mûr à l’énergie inépuisable, est l’un des principaux commerçants de son village. Il y tient l’épicerie et se livre à toutes sortes de trafics, en prenant soin de tromper et flouer tant ses clients que ses fournisseurs.

L’un de ses fils, sourd et faible d’esprit, est marié à une très belle jeune femme, qui seconde à merveille son beau-père dans son commerce mais pourrait bien nourrir secrètement de plus vastes ambitions. L’autre est devenu policier et mène une joyeuse vie de célibataire dans la ville voisine. Guère aimés de leur entourage, ils vivent dans l’aisance, parfaitement satisfaits de leur sort, jusqu’au jour où l’agent de police est accusé de trafic de fausse monnaie…

La Vallée, publiée en 1900, fut inspirée à Tchékhov par un fait divers qu’on lui rapporta lors de son célèbre voyage au bagne de Sakhaline.

  • Titre : La Vallée
  • Auteur : Anton Tchékhov (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Denis Roche
  • Langue d'origine : russe
  • Date : octobre 2018
  • Nombre de pages : 80 p.
  • ISBN : 979-10-91896-81-8 / 9791091896818
  • Prix : 7,50 €

Anton Tchékhov, Ma vie

tchekhovmavieÀ vingt-cinq ans, Missaïl perd pour la dixième fois la petite place d’employé de bureau dans laquelle il végétait. Affligé d’une inaptitude chronique à prendre au sérieux la stricte observation des convenances et de la hiérarchie sociale qui régit la petite ville où il est né, il cherche avec une parfaite bonne foi une façon de vivre qui ne lui donnerait pas en permanence l’impression d’étouffer.

Qu’il s’agisse de la profession qu’il choisit d’exercer ou de sa vie matrimoniale, il va découvrir que l’amour et le respect de la liberté ont un prix terriblement élevé, et que ceux qui l’entourent ne peuvent que rendre plus amers les renoncements et sacrifices qu’il a décidés.

Ma vie, qui parut en 1896, l’année de l’achèvement de La Mouette et d’Oncle Vania, est l’une des nouvelles les plus amples qu’écrivit Anton Tchékhov (1860-1904).

  • Titre : Ma vie
  • Auteur : Anton Tchékhov (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Denis Roche
  • Langue d'origine : russe
  • Date : novembre 2015
  • Nombre de pages : 152 p.
  • ISBN : 979-10-91896-38-2
  • Prix : 11,50 €

Anton Tchékhov, Le Violon de Rothschild

Iakov Ivanonov gagne sa vie tant bien que mal en fabriquant des cercueils dans une petite bourgade où l’on ne meurt pas assez à son goût. Âgé de soixante-dix ans, il vit obsédé par les petits aléas de son commerce, sans considération pour ce qui l’entoure. Il faut que sa discrète épouse passe de vie à trépas et que lui-même tombe malade pour qu’il réapprenne à observer le monde.

Le Violon de Rothschild est la chronique d’une rédemption in articulo mortis, une fable dans laquelle les regrets ne sont pas qu’amertume et font parfois naître un élan salvateur.

  • Titre : Le Violon de Rothschild
  • Auteur : Anton Tchékhov (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Denis Roche
  • Langue d'origine : russe
  • Date : octobre 2009
  • Nombre de pages : 48 p.
  • ISBN : 978-2-916266-53-4
  • Prix : 5,00 €

Anton Tchékhov, L’Homme à l’étui

Le professeur Bélikov éprouve le besoin maladif de se protéger du monde extérieur, de mettre de l’ordre en chaque chose, de se rabougrir jusqu’à presque disparaître. Il se fait une carapace de sa conception étriquée du devoir, des convenances, de la hiérarchie, et sournoisement force ceux qui l’entourent à se plier à son étouffante manière d’envisager l’existence.

Tout ce qu’il y a d’humain en lui est enfermé dans un étui – mais pour une créature de chair et de sang, le cercueil n’est-il pas le meilleur étui ?

  • Titre : L'Homme à l'étui
  • Auteur : Anton Tchékhov (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Denis Roche
  • Langue d'origine : russe
  • Date : novembre 2010
  • Nombre de pages : 96 p.
  • ISBN : 978-2-916266-77-0
  • Prix : 8,50 €

Anton Tchékhov, Trois années

Alexeï Laptev a trente-quatre ans quand il se rend au chevet de sa sœur malade, dans une petite ville de province. Il y tombe amoureux d’une jeune femme de douze ans sa cadette et ne sera pas long à la demander en mariage, sachant pourtant que sa passion n’est pas payée de retour. Laptev n’est pas un homme séduisant, mais il a pour lui sa droiture ainsi qu’une solide fortune, et sa demande sera acceptée.

Trois années vont s’écouler, durant lesquelles les sentiments vont évoluer, le futur se dessiner, très logiquement sans doute mais avec cette nuance d’étrangeté, ces petits riens imprévisibles que l’art de Tchékhov est de parfaitement restituer, pour saisir la vie dans ce qu’elle a de plus intime, de plus secret, de plus singulier.

  • Titre : Trois Années
  • Auteur : Anton Tchékhov (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Denis Roche
  • Langue d'origine : russe
  • Date : octobre 2009
  • Nombre de pages : 160 p.
  • ISBN : 978-2-916266-54-1
  • Prix : 11,50 €

Ivan Tourguéniev, L’Exécution de Troppmann

En janvier 1870, Tourguéniev est invité par Maxime Du Camp à assister à l’éxécution publique d’un jeune criminel devenu célèbre pour avoir commis huit meurtres sordides, Jean-Baptiste Troppmann. Poussé par une curiosité qu’il lui est malaisé d’expliquer, Tourguéniev accepte l’invitation et suit Troppmann de sa toilette funèbre jusqu’à la guillotine. Description glaciale d’une mise à mort à laquelle assiste une foule de badauds avinés et braillards, L’Exécution de Troppmann, écrit sans parti-pris, est le constat d’échec de la peine de mort, sans vertu dissuasive et absurdement immorale.

Ce volume comprend : L’Exécution de Troppmann, Un incendie en mer et Une fin.

  • Titre : L’Exécution de Troppmann
  • Auteur : Ivan Tourguéniev (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Langue d'origine : russe
  • Date : octobre 2012
  • Nombre de pages : 80 p.
  • ISBN : 978-2-916266-97-8
  • Prix : 7,50 €

Ivan Tourguéniev, Fumée

Est-il possible de renoncer à une existence heureuse pour tenter de revivre un amour ancien ? Est-il possible de savoir réellement ce que l’on veut, de rester parfaitement honnête, sincère avec soi-même, quand dix ans se sont écoulés et que l’on veut ressusciter une passion ? Litvinov est un jeune trentenaire égaré dans une luxueuse villégiature. Il découvre ces questions, dans tout ce qu’elles ont d’exaltant – et de profondément désagréable.

Paru en 1867, Fumée est un roman important dans l’œuvre de Tourguéniev. Montrant une exceptionnelle prescience quant au destin de ses compatriotes, l’auteur use avec un talent impitoyable d’une intrigue romanesque pour brosser une cruelle galerie de portraits.

  • Titre : Fumée
  • Auteur : Ivan Tourguéniev (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Langue d'origine : russe
  • Date : novembre 2008
  • Nombre de pages : 240 p.
  • ISBN : 978-2-916266-39-8
  • Prix : 14,50 €

Ivan Tourguéniev, Dimitri Roudine

« Mais, pour l’amour de Dieu, dis-moi donc, frère, ce que signifie sa conduite ? Est-ce de la philosophie ?
– Comment te répondre ? Il ne faut pas mettre toutes les sottises sur le compte de la philosophie. »

Roudine est admis dans le salon de Daria Lassounska. Il brille par son éloquence, séduit les âmes, s’installe comme interlocuteur privilégié de la maîtresse de maison, ravissant jusqu’au cœur de Natalie, la fille de Daria. Est-ce un tartuffe ? Un beau parleur ? Qui peut dire si Roudine, homme de paroles et d’idées, est capable d’éprouver une passion véritable ?

Dimitri Roudine, publié en 1856, marque durablement Henry James, qui déclare Tourguéniev «premier romancier de son temps».

  • Titre : Dimitri Roudine
  • Auteur : Ivan Tourguéniev (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Louis Viardot
  • Langue d'origine : russe
  • Date : mai 2008
  • Nombre de pages : 208 p.
  • ISBN : 978-2-916266-34-3
  • Prix : 13,50 €

Ivan Tourguéniev, Un Roi Lear des steppes, suivi de L’Auberge de grand chemin et de Moumou

Ivan Tourguéniev, Un Roi Lear des steppesLes trois nouvelles rassemblées dans le présent volume ont toutes été inspirées à Tourguéniev par le monde dans lequel il a grandi : celui des propriétaires terriens russes, à l’époque qui précède l’abolition du servage. La figure de sa mère, veuve tyrannique et âpre au gain, dont les lubies doivent s’imposer à son entourage comme autant de décrets divins, est présente dans chacun de ces trois textes, comme un symbole de la grande bourgeoisie russe contre laquelle Tourguéniev a consacré tout son talent à s’insurger.

Qu’il s’agisse du destin d’un portier muet dans Moumou, de la déchéance d’un aubergiste trompé par sa femme dans L’Auberge de grand chemin ou de la fin d’un Roi Lear russe : c’est cette figure maternelle qui impose les mariages, permet aux uns de faire fortune pendant qu’elle précipite les autres dans la misère. Un seul pouvoir lui manque, en dernier lieu : celui d’empêcher les événements tragiques qu’elle a elle-même précipités.

  • Titre : Un Roi Lear des steppes, suivi de L'Auberge de grand chemin et de Moumou
  • Auteur : Ivan Tourguéniev (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Henri Mongault
  • Langue d'origine : russe
  • Date : décembre 2016
  • Nombre de pages : 240 p.
  • ISBN : 979-10-91896-55-9
  • Prix : 14,50 €

Evgueni Zamiatine, Province

zamiatine - provinceBaryba est un cancre, une brute épaisse. Jeté à la rue par son père, il vit de chapardages, avant d’être recueilli par une riche veuve qui l’apprécie essentiellement pour ses capacités physiques. Bon an mal an, il fera son chemin dans le monde, en s’appuyant sur sa sottise, sa cupidité et son absence à peu près totale de scrupules, comprenant à travers une sorte de brouillard que renoncer à toute dignité trouve fort logiquement son prix.

Evgueni Zamiatine (1884-1937) est une des grandes figures des lettres russes de l’entre-deux-guerres. Auteur de Nous autres, contre-utopie qui inspirera le 1984 d’Orwell, il accueille favorablement la Révolution de 1917, avant de déchanter. Victime de la censure, fustigeant sans relâche la docilité de certains de ses confrères, il prend le chemin de l’exil en 1931. Il meurt à Paris en 1937.

  • Titre : Province
  • Auteur : Evgueni Zamiatine (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Marion Roman
  • Langue d'origine : russe
  • Date : novembre 2013
  • Nombre de pages : 128 p.
  • ISBN : 979-10-91896-17-7
  • Prix : 9,50€

Evgueni Zamiatine, L’Inondation

zamiatinegrandDans le Saint-Pétersbourg des années 1920, Sofia et Trofim, couple sans enfant, voient leur union se fissurer peu à peu. Sofia décide d’adopter une jeune orpheline du voisinage, Ganka. Ce qui devait préserver son mariage va amener la catastrophe : Trofim cède au charme de l’adolescente. Anéantie, Sofia s’enferme dans le mutisme. Les eaux de la Neva commencent à monter…

Evgueni Zamiatine (1884-1937) est une des grandes figures des lettres russes de l’entre-deux-guerres. Auteur de Nous autres, contre-utopie qui inspirera le 1984 d’Orwell, il accueille favorablement la Révolution de 1917, avant de déchanter. Victime de la censure, fustigeant sans relâche la docilité de certains de ses confrères, il prend le chemin de l’exil en 1931. Il meurt à Paris en 1937.

  • Titre : L’Inondation
  • Auteur : Evgueni Zamiatine (consulter sa biographie et sa bibliographie)
  • Traduction : Marion Roman
  • Langue d'origine : russe
  • Date : avril 2013
  • Nombre de pages : 64 p.
  • ISBN : 979-10-91896-08-5
  • Prix : 6,50 €